Femen aux festivités du Grand Prix Des agents qui perdent leur sang-froid? (!)

Le coup d'éclat d'activistes Femen aux festivités du Grand Prix du Canada rue Crescent, hier, a beaucoup fait jaser autant en raison de l'événement lui-même que la façon dont l'une des jeunes femmes a été maîtrisée par les agents de sécurité.

Si l'une des activistes a été rapidement amenée à l'écart, il a fallu plusieurs minutes au personnel pour venir à bout de Neda Topaloski, qui avait aussi perturbé un point de presse d'Hélène David à l'Assemblée nationale il y a quelques semaines.

Les images de l'intervention montrent que Mme Topaloski, seins nus, a été traînée par terre par les agents d'une firme de sécurité privée qui ont visiblement été pris au dépourvu par les événements. Les agents de sécurité ont aussi empêché les médias de bien faire leur travail; l'un d'eux donnant entre autres un coup sur la caméra de TVA Nouvelles.
«Ça n'a pas de sens»

Le président de SIRCO, Claude Sarrazin, croit que le personnel de sécurité a «possiblement perdu son sang-froid».

«Quand ils la transportent, je trouve ça rough. Ce n'est jamais facile une intervention comme ça, que tu aies de l'expérience ou non, mais normalement il y a des façons de faire», nous a-t-il expliqué. «Quand ils la traînent par terre, ça ne fait pas de sens. J'ai de la misère avec le concept général; ce n'est pas très élégant.»

«Quand ils la traînent par terre, ça ne fait pas de sens. J'ai de la misère avec le concept général; ce n'est pas très élégant.» - Claude Sarrazin

M. Sarrazin croit que les agents de sécurité avaient des motifs de procéder à l'arrestation de la jeune femme, mais qu'ils auraient peut-être dû la menotter pour sa propre sécurité.

Quant à l'attitude envers les journalistes, le président de SIRCO évoque aussi le caractère inattendu de ce qui s'est passé.

«Je pense que c'est une réaction de malaise. Ils ont été pris au dépourvu.»

Chose certaine, Claude Sarrazin assure qu'il n'y a pas de solution idéale dans de telles circonstances.

«Il n'y a pas de recette parfaite. Ce n'est pas évident d'intervenir devant une foule», conclut l'expert en sécurité.

Le promoteur de l'événement n'a pas souhaité commenter l'intervention et nous a redirigés vers l'agence Fortas pour toutes questions concernant ce qui s'est passé. L'agence de sécurité n'a finalement pas donné suite à notre demande d'entrevue.
L'auto «plus chère» que la femme

L'intervention a aussi été marquée par des propos questionnables de la part d'un membre du personnel de l'événement.

«Décal***! Ça, ça vaut plus cher qu'elle», a lancé l'homme à quelqu'un qui semblait s'interposer tout en montrant du doigt la voiture sur laquelle venait de s'étendre Neda Topaloski.

Catégories

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Ville où l'événement s'est produit: 

Dossiers: 

Type de document: