Un policier de la Sûreté du Québec est libéré des accusations qui pesaient contre lui

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) a laissé tomber des accusations de falsification d’un faux document et d’utilisation de celui-ci qui visaient un policier de la Sûreté du Québec.

Le juge Maurice Parent a libéré le policier Benoit Richard de ces deux chefs d’accusation, jeudi au palais de justice de Joliette. L'avocate de Benoit Richard, Me Nadine Touma, l'a confirmé au Journal vendredi.

« Mon client est très soulagé de cette décision », a-t-elle ajouté.

La réévaluation de la preuve dans le cadre d’une conférence de facilitation entre la Couronne et la défense a mené à cette décision.

Me Touma a toutefois précisé que le DPCP a reçu l’assurance que les autorités disciplinaires de la SQ mettront un processus disciplinaire en branle concernant Benoit Richard, dans les prochaines semaines.

M. Richard a été cité à procès pour avoir fait et utilisé un faux document pour engager une femme qui souhaitait postuler comme répartitrice à la SQ.

Le policier a par ailleurs déjà été un des porte-paroles de la SQ auprès des médias durant quelques années, jusqu’en 2014.

Catégories

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Dossiers: 

Type de document: