Communiqué : Manifestation anticapitaliste du 1er Mai : Pas de retour à la normale! ///// Anticapitalist mayday 2021: No old normal, no new normal!

English below

La Convergence des luttes anticapitalistes (CLAC) dénonce la répression brutale de sa manifestation encore cette année. En effet, le SPVM a procédé, fidèles à leurs habitudes, à des arrestations injustifiées et violentes. Les policiers y sont allé de coups de matraques et de gaz lacrymogène pour faire taire la population qui en a assez de se faire exploiter chaque jour pour enrichir des bourgeois·e·s nauséabond·e·s et leurs compagnies qui profitent de la COVID-19. Plusieurs personnes on été blessées et les policiers ont même détruit le cellulaire d'un·e participant·e.

Plus de 750 personnes étaient rassemblées pour dénoncer l'exacerbation des injustices sociales et de la précarité durant la pandémie actuelle. Le capitalisme et le néolibéralisme ont posé les bases de ce désastre et ce n'est certainement pas à travers ce système économique que nous parviendrons sortir de la crise. Les organisateur·trice·s tiennent à remercier les participant·e·s à la manifestation qui ont repris la rue cette année, malgré le contexte de crise sanitaire, avec masques et mesures de distanciation.

Dans le cadre de la Journée internationale des travailleurs et des travailleuses, la CLAC organisait aujourd’hui la manifestation anticapitaliste annuelle du 1er Mai, qui commençait à 16h au parc Jarry. Rappelons que l’année dernière, en raison du contexte sanitaire, il n’y a pas eu de rassemblement, mais nous avions tout de même appelé à une journée d’actions de visibilité, qui fut un vif succès malgré tout.

Cette année, nous avons été manifester dans le Mile-Ex pour dénoncer les compagnies d'intelligence artificielle qui profitent éhontément de la crise, en convertissant des subventions publiques en outils pour le secteur privé. Les entreprises qui y sont situées sont une force majeure de la gentrification et du déplacement des résident·e·s du quartier Parc-Extension en plus de participer à la surenchère technologique de la surveillance.

Stacy Langlois, une manifestante, déclare : « Comme toujours, ce sont les travailleurs et travailleuses, les pauvres, les personnes migrantes, les personnes qui occupent des emplois majoritairement féminins, qui se tuent - littéralement - pour faire vivre les plus riches. C'est nous qui cuisinent et qui leur livrent leur bouffe pour pas qu'ils aillent besoin de faire la file à l’épicerie comme nous autre.» Elle poursuit: «Leur plan de relance, c’est de nous garder dans la misère.»

En plus, le renforcement des frontières et les abus des instances d'immigration ont pour mission de préserver ces inégalités. Les personnes migrantes qui ont eu la "chance" de venir ici meurent dans nos hôpitaux et nos entrepôts. Les rues des quartiers les plus pauvres sont vides, la police étant toujours en recherche de ses prochaines victimes. Les Premiers Peuples sont humiliés, agressés et tués par les instances gouvernementales pilotées par les compagnies extractivistes. Et dans tout ce chaos, on nous impose l’obéissance, le silence, l’aveuglement face à tout ce qui se passe autour de nous. C’est absurde et révoltant!

Lors d’un discours d’ouverture enflammé, Steven Lafortune-Sansregret s’est écrié : « Ce que nous devons relancer, ce n’est pas l’économie, mais les luttes pour la fin de l’exploitation capitaliste ! » Ensemble, prêt·e·s à nous battre, nous sommes bien plus fort·e·s et bien plus nombreux·euses que ceux qui nous oppriment en tout impunité. Refusons cet avenir "ubérisé" et bâtissons un monde d’entraide et d’équité. Pour y arriver, nous utiliserons tous les moyens nécessaires.

Nous ne voulons pas de ce monde qu’ils essaient de nous vendre! Ni de l’ancien, ni du nouveau! À bas le capitalisme!

-30-

The Convergence des luttes anticapitalistes (CLAC) denounces the violent repression of its demonstration again this year. Indeed, the SPVM proceeded, as usual, to unjustified and brutal arrests. The police used truncheons and tear gas to silence the people who are tired of being exploited every day to enrich the nauseating bourgeoisie and their companies that profit from COVID-19. Several people were injured and the police even destroyed the cell phone of one participant.

More than 750 people gathered to denounce the exacerbation of social injustice and precariousness during the current pandemic. Capitalism and neo-liberalism have laid the foundations for this disaster and it is certainly not through this economic system that we will get out of the crisis. The organizers would like to thank the participants of the demonstration who took to the streets this year, despite the health crisis, with masks and distancing measures.

As part of the International Workers' Day, CLAC organized today the annual May Day anti-capitalist demonstration, which started at 4PM in Jarry Park. Last year, due to the health situation, there was no rally, but we did call for a day of visibility actions, which was a great success.

This year, we went to protest in the Mile-Ex to denounce the artificial intelligence companies that are shamelessly taking advantage of the crisis, converting public subsidies into tools for the private sector. The companies located there are a major force in the gentrification and displacement of the residents of Parc-Extension in addition of participating in the technological surveillance proliferation.

Stacy Langlois, a protester, said: "As always, it is the workers, the poor, the migrants, the people in predominantly female jobs, who are killing themselves - literally - to support the rich. We're the ones who cook and deliver their food so they don't have to go line up at the grocery store like the rest of us." She continues: "Their recovery plan is to keep us in misery."

In addition, the tightening of borders and the abuse of immigration authorities are on a mission to preserve these inequalities. Migrants who were "lucky" enough to come here are dying in our hospitals and warehouses. The streets of the poorest neighborhoods are empty, as the police are always looking for their next victims. The First Peoples are being humiliated, assaulted and killed by the governmental bodies driven by the extractivist companies. And in all this chaos, we are forced to obey, to remain silent, to be blind to everything that is happening around us. It is absurd and revolting!

In a fiery opening speech, Steven Lafortune-Sansregret cried out: "What we must revive is not the economy, but the struggles for the end of capitalist exploitation! "Together, ready to fight, we are much stronger and much more numerous than those who oppress us with impunity. Let's refuse this "uberized" future and build a world of mutual aid and equity. To achieve this, we will use all necessary means.

We don't want the world they are trying to sell us! No old normal, no new normal ! Let's abolish capitalism!

-30-

Catégories

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Ville où l'événement s'est produit: 

Dossiers: 

Type de document: