Contre la Guérite aux Chutes Sainte-Marguerite

*an english version will follow*

Survol

Les dons recueillis via ce GoFundMe serviront à financer une action en justice visant à éliminer la guérite de sécurité à l'entrée du stationnement menant aux chutes Sainte-Marguerite. Tout comme les rafles policières de 2017, ce poste de contrôle a pour but d’empêcher les membres de la communauté LGBTQ+ d'accéder aux chutes, un safe-space queer qui existe depuis plus de 40 ans.

Contexte historique

Au cours de l'été 2017, le maire de la Ville de Sainte-Adèle, Robert Milot, a orchestré en collaboration étroite avec la la Sûreté du Québec des rafles policières aux Chutes Gais (aussi appelées chutes Sainte-Marguerite) afin d'arrêter les gais. C'est ce que déclarent les policiers qui mênent une descente aux chutes le 16 septembre: « C'est le maire de Saint-Adèle, il ne veut plus de gens nus ici, les gais viennent depuis longtemps ».1 Deux jours plus tard, le 18 septembre, Milot participe à une émission radio de Radio-Canada et rend publique son intention d'installer une guérite de sécurité à l'entrée des chutes et d'exiger un droit d'entrée: « Moi j'ai un projet que je vais introduire très prochainement sur ce qu'on pourrait faire avec cet endroit là. Je pense qu'on est rendu à c'te point là [...] peut-être que ca serait une solution de mettre une guérite avec un gardien qui pourrait charger un minimum la j'sais pas un dix dollars par jour pour ces jours là puis assurer la sécurité ».2

À l'été 2020, l'actuelle mairesse de la Ville de Sainte-Adèle, Nadine Brière, suivant les traces de son prédécesseur, tente d'orchestrer, toujours en collaboration avec de la Sûreté du Québec de nouvelles opérations « éclaires » sur les chutes. La Sûreté du Québec n'est cependant pas désireuse d'intervenir cette fois-ci, comme en témoigne un courriel interne — obtenu en vertu de la Loi sur l'accès aux documents — envoyé par Nadine Brière en juin 2020 : « La SQ de son côté craint une sortie médiatique du groupe LGBT, donc le prochain « blizt » (sic) ne sera pas pour le week-end ».3 À peu près au même moment, frustrée, sans doute, par la réticence de la Sûreté du Québec, Brière s’est tourné vers la MRC des Pays-d'en-Haut qui, rapidement, et en utilisant la pandémie de COVID-19 comme pretexte, a ranimé l’idée de Milot, implantant une guérite de sécurité ayant pour but le refoulement des personnes faisant un usage queer des sentiers.

« Filtrage au stationnement du Chemin Pierre-Péladeau »4

À partir de juin 2020 et dans le but de dé-queeriser les chutes et l'espace environnant, la MRC des Pays-d’en-Haut octroi un contract d’un valeur de 40 000 dollars à la firme de sécurité privé Sécurité XGuard. Ces gardiens de sécurité, postés à l'entrée du stationnement Sainte-Marguerite-Station menant aux chutes, refusaient toute personne suspecté de vouloir faire un usage queer des sentiers, tout en laissant passer les personnes pratiquant des activités, qui, dans ce contexte particulier, étaient considérées comme cis et hétéronormatifs, tel que le vélo. Selon les témoignages que nous avons reçus, les agents de sécurité refoulant les personnes LGBTQ+ ont justifié ce refus d'accès en disant des choses comme « marcher c’est illégal », « je ne peux pas vous laisser passer parce que les gens jettent leurs déchets », et d'autres absurdités flagrantes. Ce deuxième commentaire devient d'autant plus absurde et violent lorsqu'on apprend que la MRC des Pays-d'en-Haut a volontairement retiré les poubelles à l'entrée des chutes suite aux rafles policières ciblées de 2017. La guérite représente une continuation et une intensification illégitime et illégale des attaques anti-queers lancées pour la première fois par Milot en 2017.

Demande de pourvoi en contrôle judiciaire

Afin de mettre fin à ce que l'on pourrait décrire avec justesse comme des tentatives interminables de la part de la Ville de Sainte-Adèle et de la MRC des Pays-d'en-Haut de nous faire disparaître, automne, membre étudiant de l’Observatoire des Profilages de l’Université de Montréal a lancé, en plein milieu du mois de la Fierté, une demande de pourvoi en contrôle judiciaire visant à invalider la résolution (CM 110-05-21) de la MRC des Pays-d'en-Haut accordant un contrat de sécurité au Groupe Sûreté pour les deux prochaines années.

Depuis le dépôt d'une demande de contrôle judiciare et la diffusion d'un appel à témoignages sur les médias sociaux, les gardiens de sécurité semblent avoir temporairement et stratégiquement assaini leur comportement, laissant maintenent passer les gens tant qu'iels ne mentionnent pas qu'iels se rendent aux chutes. Ceci étant dit, il est fort probable qu'une fois que la mobilisation communautaire et légale aura cessé, la sécurité recommencera à refuser toute personne qu'elle soupçonne d'être sur le point de queeriser les sentiers. Il est impératif que nous continuions à faire monter la pression, et obtenir une décision de justice favorable et contraignante contre l'existence même du poste de contrôle de sécurité est un moyen efficace d'y parvenir.

Divulgation financière - Tous les dons seront utilisés pour couvrir a) les frais de justice encourus par l'introduction d'une demande de pourvoi en contrôle judiciaire auprès de la Cour supérieure du Québec et b) indemniser Mark Phillips pour le temps qu'il a consacré et continuera de consacrer à la défense de cette cause devant les tribunaux. Tous les dons seront gérés par QPIRG Concordia, un OBNL enregistré au Québec. Les dons ne sont pas gérés par le Centre LGBTQ+ de Montréal. Par conséquent, aucun reçu d'impôt ne sera disponible pour les dons.

https://www.gofundme.com/f/chutes-saintemaruerite-legal-defence-fund?utm...

1 Noël, Brigitte. (2017, 19 septembre). Des interventions policières aux chutes Sainte-Marguerite inquiètent la communauté LGBTQ. VICE. Récupéré de https://www.vice.com/fr/article/8x8gb3/des-interventions-policieres-aux-...

2 Labbé, Francis. (2017, 18 sepembre). Rafle policière aux chutes Sainte-Marguerite. Récupéré de https://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/le-15-18/segments/reporta...

3 Brière, N. (2020, 23 juin). RE: Comité des chutes Glen-Wexford: interventions et suivis. Ville de Sainte-Adèle.

4 Comité des Chutes Glen-Wexford. (2020). Re: Rencontre 3 août 2020/Comité des chutes, MRC, P’tit Train du Nord. Ville de Sainte-Adèle.

____________________________________________________________________________

*english version*

Overview

Donations collected via this GoFundMe will be used to fund a legal action aimed at eliminating the the security checkpoint at the entrance of the parking lot leading to the chutes Sainte-Marguerite. The checkpoint is currently being used to prevent members of the LGBTQ+ community from accessing the falls, a queer safe-space that has existed for over 40 years.

Historical background

During the summer of 2017, the mayor of the Ville de Sainte-Adèle, Robert Milot, instructed the Sûreté du Québec to raid the Gay Falls (also known as the chutes Sainte-Marguerite) and arrest the gays. Police raiding the Falls on September 16th said as much: « C'est le maire de Saint-Adèle, il ne veut plus de gens nus ici, les gais viennent depuis longtemps ».1 Two days later, on September 18th, Milot appeared on a Radio-Canada radio show and made public his intention to both install a security checkpoint at the entrance to the falls and charge an entrance fee: « Moi j’ai un projet que je vais introduire très prochainement sur ce qu’on pourrait faire avec cet endroit là. Je pense que on est rendu à c’te point là [...] peut-être que ca serait une solution de mettre une guérite avec un gardien qui pourrait charger un minimum la j’sais pas un dix dollars par jour pour ces journées là puis assurer la sécurité ».2

Fastforward to the summer of 2020 when the current mayor of the Ville de Sainte-Adèle, Nadine Brière, following in the footsteps of her predecessor, tries to get the Sûreté du Québec to conduct further blitz operations on the falls. The Sûreté du Québec was not however, eager to intervene this time, as is evidenced by an internal email — obtained in virtue of the Loi sur l’accès aux documents — sent by Nadine Brière in june of 2020: «La SQ de son côté craint une sortie médiatique du groupe LGBT, donc le prochain « blizt » (sic) ne sera pas pour le week-end ».3 At around the same time, frustrated, no doubt, by her inability to get the Sûreté du Québec to crack down on those who queer the falls, Brière turned her attention to the MRC des Pays-d’en-Haut. Using the COVID-19 pandemic as a cover story, the MRC rapidly revived Milot’s plan to implant a checkpoint aimed at filtering out those who make use of the walking trails and falls in queer ways.

« Filtrage au stationnement du Chemin Pierre-Péladeau »4

Beginning in june of 2020 and in an effort to de-queer the falls and surrounding space, the MRC des Pays-d’en-Haut grants a 40 000 dollar contract to Sécurité XGuard, a private security firm. Posted at the entrance of the Sainte-Marguerite-Station parking lot leading to the falls, these security guards turned away anyone suspected of queering the trails, all the while allowing through those engaged in cis and heteronormative activities, like biking. According to testimonies we have received, security guards turning LGBTQ+ folks away have justified denials of access by saying things like ‘walking is illegal’ and ‘I can’t let you through because people litter’, and other such blatent nonesense. This second comment becomes all the more absurd and violent once one finds out that the MRC des Pays-d’en-Haut purposefully removed the garbage bins at then entrace to the falls following the 2017 nudity raids. The checkpoint represents a sophisticated, illegitimate, and illegal continuation and escalation of the anti-queer attacks first lauched by Milot in 2017.

Application for judicial review

In order to put an end to what might accurately be described as neverending attempts by the Ville de Sainte-Adèle and the MRC des Pays-d’en-Haut to regulate us out of existence, autumn, a student member of the Observatoire des Profilages of the Université de Montréal has lauched, smack dab in the middle of Pride month, an application for judicial review aimed at invalidating the MRC des Pays-d’en-Haut resolution (CM 110-05-21) granting a security contract to Groupe Sûreté for the next two years.

Since submitting an application for judicial review and circulating an appel à témoignages on social media, security at the checkpoint appear to have temporarily and strategically cleaned up their act, allowing through folks as long as they do not mention that they are going to the falls. This being said, it is highly likely that once community and legal mobilization cease, security will go back to turning away anyone they suspect are about to queer the trails. It is imperative that we continue to turn up the heat, and securing a favourable and binding court ruling against the very existence of the security checkpoint is an effective way to do so.

Financial disclosure — All donations will be used to cover a) court fees incurred by initiating a demande de pourvoi en contrôle judiciaire with the Cour Supérieur du Québec and b) compensate Mark Phillips for the time he has and will continue to dedicate to defending this cause in court. All donations will be managed by QPIRG Concordia, a Quebec-registered OBNL. Donations are not being managed by the Centre LGBTQ+ de Montréal and as such, no income tax receipts will be available for donations.

https://www.gofundme.com/f/chutes-saintemaruerite-legal-defence-fund?utm...

1 Noël, Brigitte. (2017, 19 septembre). Des interventions policières aux chutes Sainte-Marguerite inquiètent la communauté LGBTQ. VICE. Récupéré de https://www.vice.com/fr/article/8x8gb3/des-interventions-policieres-aux-...

2 Labbé, Francis. (2017, 18 sepembre). Rafle policière aux chutes Sainte-Marguerite. Récupéré de https://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/le-15-18/segments/reporta...

3 Brière, N. (2020, 23 juin). RE: Comité des chutes Glen-Wexford: interventions et suivis. Ville de Sainte-Adèle.

4 Comité des Chutes Glen-Wexford. (2020). Re: Rencontre 3 août 2020/Comité des chutes, MRC, P’tit Train du Nord. Ville de Sainte-Adèle.

Catégories

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Dossiers: 

Type de document: