Montréal : Feu vert à de nouvelles armes d'assaut pour les policiers

La police de Montréal souhaite mettre à jour son arsenal en achetant pour près de 450 000 $ d'armes d'assaut afin de mieux réagir face à un tireur actif ou un attentat terroriste.

Le groupe d'intervention tactique (GTI) du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), qui est déployé dans des opérations risquées comme une prise d'otage ou qui intervient auprès d'individus armés et barricadés, sera équipé de nouvelles armes. Le GTI réalise environ 400 interventions annuellement, selon le site web du SPVM.

Ces unités doivent aussi composer avec le risque d'attentat terroriste. «Le déploiement d'une arme de support qui allie puissance de feu, précision, efficacité balistique et fiabilité est une condition essentielle au succès opérationnel», indique le SPVM, dans des documents officiels de la Ville de Montréal.

«Actuellement, ces missions sont réalisées à l'aide de deux armes différentes. La solution proposée, afin de répondre à tous les besoins pour les opérations du GTI, vise à acquérir un seul type d'arme pour chacun des membres du GTI. Cette arme de support étant plus adaptée et est modulaire», peut-on lire.

Mercredi matin, le comité exécutif a donné le feu vert à l'octroi de contrats de 446 565 $ pour acheter 55 armes et l'équipement associé, comme des systèmes de visée. La décision doit encore être approuvée par le conseil municipal, puis le conseil d'agglomération la semaine prochaine.

Les contrats ont été remportés par les entreprises MD Charlton Co Ltd et Rampart International Corp après un appel d'offres lancé l'automne dernier.

Selon le devis technique, le SPVM souhaitait doter le GTI de 49 carabines de calibre .300 AAC Blackout (7,62 X 35 mm).

Une visite rapide sur le site d'armes à feu de l'entreprise MD Charlton permet de constater que les armes vendues sont de marque Sig Sauer. Le SPVM n'a pas confirmé cela au moment de publier.

Le devis technique mentionnait aussi six carabines de patrouille semi-automatique pour le Groupe d'intervention (GI), qui aide les policiers des postes de quartiers dans certaines situations, comme l'intervention auprès d'une personne armée.

Le SPVM estime que «l'ajout d'armes de support au personnel agissant en deuxième ligne (GI) est rendu nécessaire, tenant compte du contexte mondial en matière de risque de tireur actif, non seulement dans les grandes métropoles, mais également pour les villes où l'on retrouve un aéroport de grande envergure».

Catégories

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Ville où l'événement s'est produit: 

Dossiers: 

Type de document: