Les policiers américains sur la sellette après des années d’une large impunité

Depuis le meurtre de George Floyd, un Afro-Américain de 46 ans asphyxié par un policier blanc il y a deux semaines à Minneapolis, les initiatives pullulent pour s’attaquer aux violences policières, surtout celles qui ciblent la minorité noire.

Des milliers de manifestants exigent des coupes dans les budgets des forces de l’ordre, des élus du Congrès veulent « obliger les policiers à rendre des comptes » et le conseil municipal de Minneapolis souhaite démanteler la police de la ville pour tout remettre à plat.

Car le calvaire vécu par George Floyd est loin d’être un cas isolé. La police américaine a tué 1098 personnes en 2019, dont un quart étaient noires alors que les Afro-Américains représentent moins de 13 % de la population, selon le site mappingpoliceviolence.

Sur le plan administratif, les policiers sont souvent protégés par des conventions collectives qui « rendent plus difficiles » les poursuites, souligne le projet militant checkthepolice.org qui a épluché les accords signés par les syndicats de police avec plus de 80 grandes villes américaines.

Catégories

Ville où l'événement s'est produit: 

Dossiers: 

Type de document: