Les registres policiers sur les agressions sexuelles seront mieux tenus

Les corps policiers canadiens devront désormais se conformer à un « nouveau processus normalisé » pour classer les plaintes — notamment en matière d’agressions sexuelles — qui se retrouvent trop souvent et sans raison dans la catégorie des plaintes non fondées.

Cette annonce du ministère fédéral de la Justice survient alors qu’une enquête du Globe and Mail révélait, en février dernier, que plusieurs plaintes pour agressions sexuelles se retrouvaient sans raison dans la catégorie « non fondée » et que la façon de classifier ces plaintes variait d’un poste de police à l’autre.