Quand la police s’énerve

Jeudi 14 juillet, 10 h du matin, Jean-Pierre Péloquin et sa femme, Colette Trudel, roulent en voiture sur le boulevard Saint-Joseph. Il fait beau, Montréal vit tranquillement au rythme de l’été.

M. Péloquin a 72 ans, sa femme, 68. Un couple sans histoire aux cheveux gris.

M. Péloquin tourne vers le sud rue Fullum. Devant lui, une voiture de police circule à moins de 10 km/h. Il la suit sans oser la dépasser. L’autopatrouille n’a ni gyrophares ni clignotants. Perplexes, M. Péloquin et sa femme restent sagement derrière les policiers.

Ils se suivent à la queue leu leu. À l’intersection, rue Gilford, ils attendent que le feu de circulation passe au vert, puis le même manège continue : l’autopatrouille, avec deux policiers à bord, qui roule avec une lenteur exaspérante, M. Péloquin et Mme Trudel en arrière, plus perplexes que jamais.

« On se demandait ce qu’ils faisaient, explique Colette Trudel. On s’est dit qu’ils ne nous avaient peut-être pas vus. »

M. Péloquin donne un petit coup de klaxon. Les policiers ne réagissent pas et continuent de circuler entre 5 et 7 km/h. Il n’ose pas les dépasser. Il leur fait un bref appel de phare. Les policiers ne bronchent pas, comme si M. Péloquin n’existait pas.

À l’intersection suivante, avenue du Mont-Royal, ils s’arrêtent de nouveau au feu rouge, un en arrière de l’autre. La situation est surréaliste.

M. Péloquin décide de descendre de sa voiture pour demander des explications aux policiers. Vont-ils parcourir la moitié de la ville à pas de tortue, bloqués derrière les policiers ? Ont-ils commis une infraction ? Les ont-ils vus ? Si oui, pourquoi les ignorent-ils ? Pourquoi roulent-ils aussi lentement ? Est-ce de la provocation ? Mystère.

Dès que M. Péloquin s’avance vers eux, les policiers sortent de leur auto, la main sur leur arme, en hurlant : « RETOURNEZ DANS VOTRE VOITURE ! »

« J’ai obéi, je n’ai pas demandé mon reste. Ils étaient intimidants et menaçants. J’avais l’impression que j’étais un criminel ou un terroriste. »

— Jean-Pierre Péloquin

Énervé, il retourne dans sa voiture et appelle le 911.

— Le 911 ? ai-je demandé. Vous avez appelé la police parce que vous aviez des problèmes avec des policiers ?

— Je voulais parler à un superviseur, avoir un témoin.

Les policiers retournent dans leur voiture et reculent pour se placer derrière l’auto de M. Péloquin. L’un d’eux se dirige vers lui.

« J’étais terrifié, j’en perdais mes moyens. Il me criait qu’il allait me donner une contravention pour le coup de klaxon. »

Sa femme cherche les immatriculations pendant que M. Péloquin parle au 911. Nerveuse, elle demande au policier de patienter, car son mari est au téléphone.

Colette Trudel tend finalement les immatriculations qui ne sont pas signées. Le policier leur donne deux contraventions, une pour le coup de klaxon, 169 $, et l’autre pour les immatriculations non signées, 107 $.

« Nous avons eu affaire à deux bums, me dit M. Péloquin, deux voyous en uniforme. »

Histoire banale, direz-vous ? Pas vraiment. Les deux policiers travaillent au poste de quartier 38 (PDQ) du Plateau Mont-Royal, un poste qui a connu sa part de dérapages.

La désormais célèbre matricule 728 travaillait au PDQ 38. Elle s’est fait connaître en 2012 pendant la grève étudiante. Elle avait, entre autres, aspergé des manifestants avec du gaz poivre.

En 2011, une femme qui fumait sur le trottoir a jeté son mégot par terre. Deux policiers du PDQ 38 l’ont interpellée. L’un d’eux l’a insultée en la traitant de pollueuse. L’histoire a dégénéré. « Elle aurait été mise dans une position de soumission, bras derrière le dos, traitée avec brutalité et emmenée dans le véhicule de patrouille après avoir été plaquée contre le coffre et menottée », a raconté Le Devoir.

Un troisième incident est survenu en 2014. Le concierge d’une école a été arrêté et menotté parce qu’il avait lancé une remarque un peu baveuse à un policier qui avait brûlé un feu rouge sans gyrophares. Le policier a apostrophé le concierge en lui disant : « T’as dit quoi, mon crisse de baveux ? Tu vas fermer ta gueule, j’étais sur un call important. »

Le policier l’a plaqué sur l’auto et arrêté pour intimidation. Une enseignante qui assistait à la scène a essayé de s’interposer. Elle a aussi été arrêtée.

Le policier travaillait au PDQ 38. Encore.

Brutalités policières, intimidation, arrestations musclées, attitude baveuse et agressive. Pourquoi autant d’incidents ? Qu’est-ce qui ne tourne pas rond au PDQ 38 ?

J’ai posé la question aux relations publiques du Service de police de la Ville de Montréal. Pas de réponse.

Et l’incident impliquant M. Péloquin ?

Le chef du PDQ 38, Benoit Amyot, affirme que la version de ses policiers diverge de celle de M. Péloquin. Par contre, il reconnaît que les policiers ont mis la main sur leur arme « en geste de sécurité » et que le ton a monté parce que « M. Péloquin tardait à coopérer. Il y avait une certaine incompréhension. Un rapport a été rédigé et on a rencontré les policiers pour les sensibiliser. »

Pourquoi roulaient-ils aussi lentement ? L’article 331 du code de la sécurité routière stipule que « sauf en cas de nécessité, nul ne peut conduire un véhicule routier à une lenteur susceptible de gêner ou d’entraver la circulation normale ».

En général, les policiers roulent à basse vitesse lorsqu’ils cherchent une adresse ou un suspect. Et dans le cas de M. Péloquin ?

« La raison était valable », s’est contenté de répondre l’inspecteur Amyot.

***

J’ai rencontré Jean-Pierre Péloquin et Colette Trudel chez eux, à Brossard, perchés au 8e étage d’une tour d’habitation avec vue sur le fleuve. Ce sont de grands voyageurs. De 2003 à 2015, ils ont sillonné le monde à bord de leur voilier. Ils ont visité 52 pays et traversé 3 océans. Ce sont des citoyens aguerris.

— Vous avez affronté des océans et deux policiers agressifs vous ont fait peur ?

— Pendant notre voyage, on n’a jamais eu de démêlés avec la police, répond M. Péloquin. C’est seulement ici, au Québec, qu’on a été menacés. Si j’avais tort, je prendrais mon trou, mais c’est pas le cas. Pas question que je lâche.

— Ils n’avaient aucune raison de faire ça, ajoute sa femme.

Ils n’ont effectivement pas lâché. Ils ont contesté les contraventions en Cour municipale. Ils ont aussi déposé une plainte au Commissaire à la déontologie policière. Elle a été rejetée sans être examinée, car M. Péloquin dénonçait les contraventions et non le comportement des policiers, a précisé la secrétaire générale du Commissaire, Louise Letarte.

Pourtant, dans sa plainte, M. Péloquin raconte son histoire en long et en large, mais il la conclut en disant que les contraventions étaient injustifiées et arbitraires. Le Commissaire s’est arrêté drette là, sur ce passage. Il a préféré voir l’arbre et non la forêt.

« M. Péloquin n’a pas fait de demande de révision », a précisé Mme Letarte.

C’est vrai, mais pour aller en révision, il faut des éléments nouveaux. M. Péloquin n’en avait pas.

http://plus.lapresse.ca/screens/6e7ac5a0-5a2b-4d0c-9aad-7265f1461650|_0.html

Catégories

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Ville où l'événement s'est produit: 

Type de document: