494 $ de tickets et des menottes pour un arrêt mal effectué à vélo

« Pour avoir simplement omis de poser le pied au sol à un stop, puis avoir argumenté avec le policier qui l'interceptait, un cycliste montréalais a été menotté et a écopé de contraventions totalisant près de 500$.
Paul Daigneault estime avoir injustement été traité comme un bandit mercredi matin alors qu’il revenait d’une randonnée sur le mont Royal à vélo. Alors qu’il était à l’intersection des rues Laurier et Marquette, les policiers l’ont intercepté: il n’aurait pas effectué ses arrêts adéquatement, selon les patrouilleurs.
«En vélo, je ne fais pas des arrêts avec le pied au sol à chaque coin de rue. Personne ne fait ça. Je ralentis, c’est sûr. Je ne mets pas la vie de personne en danger», lance l’homme de 41 ans qui est persuadé que les policiers l’ont visé en raison de ses nombreux tatouages sur les bras.
Les policiers lui demandent alors de s’identifier afin de lui remettre une contravention de 42$ pour cette infraction. Mais M. Daigneault refuse. Selon lui, il n’y a pas lieu de l’arrêter pour cela.
Au final, l’homme a hérité d’une amende supplémentaire de 452$, cette fois pour entrave au travail des policiers. M. Daigneault compte bien contester ces contraventions «abusives».
Arrestation filmée
Ce qui le fâche le plus, c’est que selon lui, les agents l’ont traité comme s’il était un «criminel». Il a été menotté puis bousculé par un des policiers, dénonce ce père de famille qui occupe un emploi stable dans le domaine de l’aérospatial.
«L’agent Chicoine m’a poussé sur le véhicule de police et on m’a menotté. J’ai encore mal à l’épaule, déplore l’homme. La manière dont le policier m’a menotté, c’est comme si j’avais battu une femme ou volé un dépanneur.»
Une partie de son arrestation a même été filmée par des passants qui n’ont rien manqué de la scène. On y voit le policier qui ouvre la portière arrière de l’autopatrouille, alors que l’homme se tient à ses côtés, menottes aux poignets. Puis, l’agent le pousse vigoureusement contre le véhicule et le fait s’asseoir brusquement.
«Là, c’est assez. Rentre là!», lui dit sèchement l’agent, avant de claquer la portière.
La femme qui a capté sur vidéo l’arrestation est d’avis que le policier est allé trop loin. Selon elle, le cycliste n’était pas agité avant de se faire passer les menottes.
«Je n’ai pas entendu ce qu’il a dit aux policiers pour qu’il se fasse arrêter, mais en même temps, c’est certain qu’il était fâché de cette arrestation, surtout pour une règle que presque tous les cyclistes ne respectent même pas. C’est au policier de rester calme», a dit au Journal celle qui ne souhaite pas être identifiée.
Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) dit pour sa part ne pas commenter les cas individuels. Mais le commandant Ian Lafrenière indique qu’il est important de s’identifier lorsqu’on se fait intercepter pour une infraction.»

Catégories

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Ville où l'événement s'est produit: 

Dossiers: 

Type de document: