Courage de police

La publication du rapport Ménard provoque un incroyable déferlement de lâches bêtises dont seuls les policiers à matraque, à stylo ou en complet-cravate ont le secret. Les mêmes silences stratégiques entretenus pendant la grève refont surface, la même négation de la violence et les mêmes renversements spectaculaires se montrent encore le bout du nez.

Pendant la grève de 2012, policiers et médias ont construit une image de la contestation sociale, une image qui a évidemment favorisé le gouvernement en place et le statu quo en général. Cette image, créee de toutes pièces, est encore aujourd’hui utilisée pour justifier la lâcheté des forces de l’ordre et des classes dominantes.

Une image mensongère créée des faits mensongers qui sont niés par de nouvelles paroles mensongères… Et ce sont ceux qui sortent de ce carrousel aliénant qui sont pris de nausées.

Les propos concernant la sortie du rapport Ménard, tactiquement publié à 15 minutes du match du Canadien, en disent long ‒ peut-être beaucoup trop ‒ sur l’état de la pensée critique et de l’information en notre bienheureuse belle province.

En entretien avec son collègue Benoit Dutrizac, Yves Francoeur, président de la Fraternité des policiers du Québec, se pose des questions pertinentes et objectives : « C’était qui les groupes subversifs, anarchistes qui tentaient de partir le grabuge dans toutes les manifestations? C’est qui qui a financé les étudiants pour qui fassent le plus de grabuge possible? », se demande-t-il en toute naïveté. « Y’a des gens qui ont la réponse, moi, dans mon rôle, je vous les dévoilerai pas » [98,5 FM, 15 mai 2014].

Vous avez bien lu : les groupes anarchistes étaient subventionnés ‒ oui madame! ‒ afin de semer le chaos dans les rues de Montréal. Benoit Dutrizac, candidat pressenti au Pulitzer, n’a pas cru bon de demander des preuves de ces faits mensongers allégués par Yves Francoeur. « Qui a intérêt à subventionner l’action directe? », « Quelles sont les preuves de cela? », « Pourquoi avancer ces allégations maintenant alors qu’elles pourraient nuire à la prétendue enquête ? » auraient été des questions à tout le moins pertinentes à adresser au policier fabulateur. Ou alors une question simple : « À quoi servait cet argent? ». L’action directe, aux dernières nouvelles, est totalement gratis. Elle est effectuée par des bénévoles utilisant du matériel à bas prix, la plupart du temps trouvé sur les lieux même des manifestations. Mais Dutrizac a préféré grignoter le biscuit que venait de lui donner son agent préféré. Yves Francoeur va d’ailleurs répéter la même chose sur toutes les tribunes de la province sans qu’aucun de ces collègues journalistes ne le questionne sérieusement : « On faisait face à des manifestations infiltrées par des groupes anarchistes dont le seul objectif était de faire de la casse.» [La Presse, 15 mai 2014].

Marc Parent, le chef de police de Montréal, soutient pour sa part que « 300 personnes utilisaient des tactiques de Black Bloc » lors de la manifestation du 1er mai 2012 [La Presse, 17 mai 2014]. Encore une fois, aucun journaliste n’a remis en question ces fabulations orientées… Aucun d’entre eux n’a demandé de preuve de ces allégations. Pourtant, 300 Black Block, ça commence à être un peu difficile à cacher.

Lorsqu’un étudiant se fait casser les dents ou arracher une oreille par le SPVM, les journalistes demandent des « preuves » de la responsabilité des forces de l’ordre; lorsque les policiers affirment qu’un étudiant a été gravement blessé, non pas à cause d’une grenade assourdissante lancée à hauteur d’homme, mais « parce qu’il portait des lunettes », [La Presse, 22 mai 2012], ils ne sont questionnés d’aucune manière; lorsque le SPVM soutient avoir dans ses rangs « 70 blessés » ‒ un chiffre magique tout fraichement sorti du chapeau à double fond de notre société spectaculaire ‒, les journalistes avalent le tout comme de très performants broyeurs à déchets.

Le déséquilibre est tel que le simple fait d’évoquer le terme de « violence » sous-entend « violence des manifestants » et non « violence des forces de l’ordre ». Difficile d’imaginer un plus grand renversement que celui-là. Et pourtant, Pascale Breton de La Presse, une autre collègue de Francoeur, se pose aussi des questions objectives :

« Quelles ont été les conséquences des actions de blocage pour les travailleurs ? De balles de billard, des briques et des autres projectiles lancés aux policiers ? Des pièces pyrotechniques qui explosaient au-dessus des foules ? Des manifestants armés de pics ? Des clients attablés aux terrasses soudain prises d’assaut ? Aucune réponse à ces questions ». [La Presse, 17 mai 2014].

Des questions pertinentes, donc, qui ne sont pas sans tomber dans la désinformation : les « boules de billard », comme il a déjà été dit, n’existent tout simplement pas; les « pièces pyrotechniques » n’étaient rien d’autre que de gros pétards à mèche donnant plus l’impression d’être à une fête d’enfants qu’au Vietnam; les « manifestants armés de pics » sont une autre invention composée à partir d’une photographie où on pouvait voir un seul manifestant ainsi armé; et les « clients attablés aux terrasses soudain prises d’assaut » ont été assaillis par les forces de l’ordre… et non par des grévistes.

Mais la palme de la réaction revient encore une fois à nos bons amis pleins d’intelligence et de sensibilité des radios vidanges de Québec. « C’est un tas de marde ce rapport-là », aboie avec élégance Jérôme Landry, les policiers faisaient face à « une gang d’ados attardés qui jouent à être des communistes » [CHOI, 15 mai 2014]. Le sphincter plus ou moins bouché de la plus-value, Éric Duhaime ajoute qu’il faut blâmer… les syndicats, ce que ne fait pas assez le rapport. « On blâme pas les syndicats qui ont financé la désobéissance civile, qui ont financé le saccage dans les rues de Montréal, on les blâme pas! ». Ce brillant analyste nous donnera peut-être un jour des preuves de ce complot, de même qu’une explication de la nouvelle stratégie des syndicats qui consiste à briser des vitrines du centre-ville… Une première dans l’histoire du Québec.

Duhaime ajoute avoir vu ‒ de ses yeux de lynx ‒ des manifestants briser des voitures, casser des vitrines et blesser les chevaux du SPVM sans que ce dernier n’intervienne, simplement parce que les autorités sont trop « tolérantes » à leur égard. « Les policiers sont plus méchants avec les manifestations sportives », dit-il.

Avouons-le : c’est une analyse intéressante… d’un point de vue clinique.

Nous sommes toujours en présence du même renversement : celui qui transforme le bourreau en victime et la victime en bourreau. Philippe Couillard, notre très honorable premier ministre affirme : « Nos policiers et nos policières ont été très braves dans ce à quoi ils ont dû faire face, ils se sont fait lancer des objets qui peuvent tuer… et ont été blâmés après cela. » [Le Devoir, 18 mai].

Les « objets qui peuvent tuer » ‒ les matraques, les fusils, les bombes et les gaz ‒ étaient pourtant entre les mains des forces de l’ordre, les « braves » amis de notre premier ministre. Cela nous rappelle les propos d’Yves Francoeur qui, au lendemain du service funéraire de Fredy Villanueva, assassiné des mains d’un de ses agents, se plaignait de la présence du directeur adjoint du SPVM sur les lieux. « Ce n’était pas la place du service de police. Les policiers ne l’acceptent pas du tout. Ils se sont sentis trahis ». Quelques jours plus tard, la Fraternité des policiers, dans un élan de compassion et d’amour, adoptait une motion de blâme à l’endroit de la direction du SPVM. Elle l’accusait « d’avoir plus de compassion pour la famille que de considération pour les policiers » [JdeM, 21 août 2008].

De la compassion… pour le policier qui vient de tuer un jeune sans défense. Telle est la définition de l’honneur dans les rangs de nos matraqueurs assermentés.

Le « courage » dont nous parlait Couillard.

Le courage de frapper des jeunes sans défense. Le courage de matraquer en toute impunité. Le courage d’arrêter des manifestantes et des manifestants par milliers. Le courage de celui qui est armé jusqu’aux dents. Le courage de crever des yeux, de casser des membres, de provoquer des commotions cérébrales, de gazer et de poivrer. Le courage de faire des fouilles illégales pour protéger le Grand Prix. Le courage des fils à papa de la Hauteville demandant des injonctions aux juges d’Outremont. Le courage d’envoyer l’escouade antiémeute dans nos universités. Le courage de mentir à la population. Le courage d’être protégé mur à mur. Le courage d’agir en toute impunité. Le courage de voter des lois « spéciales ». Le courage des riches. Le courage des grands. Le courage des possédants.

Le courage de la force et du pouvoir.

Le courage des grosses brutes épaisses.

Le courage des lâches.

Catégories

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Ville où l'événement s'est produit: 

Dossiers: 

Type de document: