Printemps érable: une cinquantaine d'étudiants devant le tribunal

Une cinquantaine d'étudiants qui ont participé à la manifestation du 27 mars 2012 sur l'autoroute 410 dans le cadre du printemps érable se sont présentés vendredi matin en chambre pénale au palais de justice de Sherbrooke.

Un constat d'infraction leur avait été remis par la Sûreté du Québec après cette manifestation qui avait commencé vers 7 h à l'Université de Sherbrooke. Comme lors de toutes les manifestations de cette période, les étudiants contestaient l'intention du gouvernement libéral de l'époque de hausser les frais de scolarité.

La cause a été reportée au 20 novembre.

«Semaine de perturbation économique»

Cette action s'était tenue dans le cadre de la «semaine de perturbation économique» appelée par la Coalition large pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE). Une centaine de personnes prenaient part à cette manifestation sur la 410.

Les étudiants s'étaient déplacés du boulevard Université vers l'autoroute 410 où ils avaient bloqué la circulation du kilomètre 5 au kilomètre 4. La marche étudiante s'était déplacée vers la rue King Ouest avant de prendre fin derrière le restaurant Bâton rouge. Les policiers avaient identifié les étudiants en les faisant monter à bord d'un autobus.

Un constat d'infraction avait été donné en fonction de l'article 500,1 du Code de la sécurité routière soit «d'avoir au cours d'une action concertée destinée à entraver de quelque manière la circulation des véhicules routiers sur un chemin public, à occuper la chaussée d'un chemin public de manière à entraver l'accès à un tel chemin».

C'est un montant de 497 $, soit 350 $ de peine, 137 $ de frais et une contribution de 10 $ qui est réclamé à ces étudiants. Les policiers avaient donné dans ce cas l'amende minimale prévue au code de la sécurité routière.

Plusieurs leaders des associations étudiantes de l'Université de Sherbrooke et du Cégep de Sherbrooke font partie de la liste des individus qui contestent le constat d'infraction émis en vertu du code de la sécurité routière du Québec.

Ces étudiants ou maintenant ces jeunes travailleurs devront se présenter le tribunal ou être représentés par avocat devant la juge de paix magistrat Sylvie Desmeules.

C'est Me Julie Langlois qui représente le ministère public dans cette affaire où tous les dossiers en lien avec cette manifestation du printemps érable ont été regroupés.

Certains des étudiants qui apparaissent au rôle pénal ce matin seront devant la Cour municipale le 6 octobre prochain à la suite des arrestations du 21 mai 2012 au centre-ville de Sherbrooke.

Catégories

Ville où l'événement s'est produit: 

Dossiers: 

Type de document: