Ils foncent littéralement sur un homme adossé à un arbre et le terrassent

21 Mai 2012

En cinq minutes, deux arrestations arbitraires, d'une brutalité assez inouïe.

1/ Près de la station Berri, on vient de fermer le parc Émilie-Gamelin. Nous ne sommes pas particulièrement nombreux, la manifestation (du moins un des groupes de manifestants) se passe à l'angle suivant, Saint-Laurent et Sainte-Catherine. On peut distinguer les policiers à cheval, le barrage, la fumée des fumigènes peut-être, l'odeur de gaz irritant. Je n'ai pas vu ce qu'il se passait mais on voit tout à coup un homme habillé de sorte qu'on ne voit que ses yeux courir dans notre direction. Pourchassé par deux policiers à vélo. Quelques personnes à côté de moi et moi-même nous tassons pour laisser le passage aux policiers qui s'en viennent à toute vitesse. Et là??? Ils foncent littéralement sur un homme adossé à un arbre et le terrassent. Le "ninja" a filé, non sans être passé devant quelques policiers imperturbables en faction devant la station Berri, coin Ste-Catherine et Berri. Nous sommes quelques-uns à avoir assisté, incrédules, à la scène.

2/ Pas longtemps après, 5-10 minutes maximum, un jeune homme, chandail noir et carré rouge finit de traverser la rue Sainte-Catherine, accompagné d'une personne, pas une certitude qu'ils soient "ensemble" mais ils traversaient avec quelques autres piétons. Un policier l'arrête, regarde son chandail, le jeune homme semble perplexe, regarde le texte inscrit sur son propre t-shirt noir (qui n'a aucun rapport avec la contestation étudiante) et son carré rouge. Et ni une ni deux, le policier l'attrape et le jeune se retrouve dos au policier qui se sert de sa matraque pour le neutraliser en l'appuyant fortement sur sa gorge. D'autres agents du SPVM à la "rescousse" (le jeune : petit gabarit, pas grand, pas costaud), j'entends le manifestant (qui ne manifestait pas du tout à ce moment-là) qui crie "mais j'ai rien faite". (Ce qui était vrai, à moins qu'ils aient reconnu son chandail lors d'un acte antérieur, il était passé 22h30 et il y avait déjà eu d'autres altercations manifestants vs policiers).
Ils l'entraînent donc, plusieurs policiers, dans la station de métro et le maintiendront là avec une force clairement exagérée. On nous dit de circuler. Et une non-obtempération aurait très probablement résulté en une arrestation. Nous obtempérons.

Dossiers: 

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Ville où l'événement s'est produit: