Appel de l'ASSÉ et du COBP pour un rassemblement en solidarité avec les victimes de brutalités policières

Event date: 
7 May 2014 - 18:00

*english follow*

LE COBP et l'ASSÉ vous invitent à un rassemblement de solidarité envers les victimes de la brutalité policière dans nos manifestations. Nous invitons toutes les victimes, les éclopé-es et les blessés-es du bras armé du SPVM à être présents-es! Et évidemment à tous ceux-celles qui veulent dénoncer la brutalité policière, cette brutalité policière qui nous pue au nez!

Le 3 avril 2014, à la manifestation contre les mesures d'austérités organisée par l'ASSÉ, Robert Fransham, 71 ans, a été brutalement jeté en bas de son vélo par l'anti-émeute. Il s'est rendu à l'hôpital et les médecins ont constaté qu'il avait une commotion cérébrale. Il a dû avoir également des points de suture à la jambe (quand il est tombé, la pédale de son vélo lui a ouvert la jambe). En ce 17 avril 2014, Robert est toujours à l'hôpital : il y a un des complications à sa jambe et a dû se faire opérer. Il devrait sortir d'ici une ou deux semaines (on l'espère).

On se souviendra du post twitter du SPVM, après la manifestation, qui énoncait que la blessure de Robert avait été causée par un projectile lancé par un manifestant (photo ci-haut). Hors les vidéos et les témoignages qui sont sortis après la manif prouvent complètement le contraire.

https://www.youtube.com/watch?v=e7SLGFNIMvs

Malheureusement, nous constatons que, de plus en plus, la brutalité policière envahit nos manifestations. Nous observons également que le SPVM se découvre de plus en plus une zone de confort dans nos manifs (exemple en se promenant comme bon leurs semble à nos points de rassemblements avec leur caméra GoPro). Il est complètement innaceptable de laisser le SPVM instaurer un état policier et un climat de peur dans nos rassemblements!

Robert est une victime parmis des centaines d'autres, mais une seule victime en est une de trop. Et ce qui nous choque encore plus dans cette histoire, c'est comment le SPVM a essayé de blâmer les manifestantEs pour ses blessures. Nous nous désolons également que les flics, après sa chûte, sont passés à côté de lui sans lui porter aucune attention.

Le COBP et l'ASSÉ dénoncent vivement les cas de brutalités policières de la manifestation du 3 avril et de toutes les autres manifestations également. Il devient de plus en plus difficile de faire passer nos messages et nos revendications quand on se fait tout le temps taper sur la gueule. LA BRUTALITÉ POLICIÈRE DANS NOS MANIFESTATIONS DOIT CESSER! LA BRUTALITÉ POLICIÈRE DANS LA VIE QUODITIENNE DOIT CESSER! SOLIDARITÉ AVEC TOUTES LES VICTIMES DE LA MACHINE RÉPRESSIVE DES POLICIERS!

des speechs seront donnés par plusieurs personnes qui ont subi de la brutalité policière dans une manif;

-ROBERT FRANSHAM, commotion cérébral à la manif du 3 avril 2014.
-SHANE MURPHY, projectile d'mpact (bip 40mm) reçu à bout portant à la manif du 3 avril 2014.
-GABRIEL DUCHESNEAU, fractures du crâne à la manif du 1er mai 2012.
-FRANCIS GRENIER, perte d'un oeil par une grenade assourdissante à la manif du 7 mars 2012.
-MAXENCE VALADE, perte d'un oeil et traumatisme crânien causé par une balle de plastique à la manif de Victorioaville.
-ANARCHOPANDA, décapité à la manif du 5 avril 2013.
*Shane et Francis ne peuvent malheureusement ne pas être présents, mais des textes écrits par eux pour l'occasion, seront lus sur place*

Le Collectif Opposé à la Brutalité Policière
L'association pour une Solidarité Syndicale Étudiante

CALL FOR A RALLY IN SOLIDARITY WITH THE VICTIMS OF POLICE BRUTALITY
BY COBP AND L'ASSÉ

THE COBP and l'ASSÉ invite you to a gathering of solidarity with the
victims of police brutality in our demonstrations. We invite all the
victims, the crippled and the wounded of the armed wing of the SPVM to be
present! And of course all those who want to denounce police brutality.

On April 3, 2014 at the protest against austerity measures organized by
l'ASSÉ, Robert Fransham,71 years old, was brutally thrown from his bike by
the riot cops. He went to the hospital and doctors found that he had a
concussion. He also had to have stitches on this leg (when he fell, the
pedal of his bike opened his leg). On this April 17, 2014, Robert is still
in the hospital: there are complications for his leg and he has had to have
surgery. He should be out within one or two weeks (hopefully).

We recall the twitter post of the SPVM after the event, which stated that
Robert's injury was caused by a projectile launched by a protester (photo
above). But videos and testimonials that were released after the
demonstration proves quite the opposite.

https://www.youtube.com/watch?v=e7SLGFNIMvs

Unfortunately, we find that, increasingly, police brutality invades our
events. We also observe that the SPVM claims more and more a comfort zone
in our demonstrations (for example walking as they want in the middle of
our meet up points with their GoPro camera). It is completely unacceptable
to let the SPVM establish a police state and a climate of fear in our
gatherings!

Robert is a victim among hundreds of others, but one victim is one too
many. And what shocks us more about this story is how the SPVM tried to
blame the demonstrators for his injuries. We are also saddened that the
cops after his fall, walked right by him without giving him any attention.

The COBP and l'ASSÉ strongly denounce the many cases of police brutality
during the demonstration of April 3 and during all other protests. It is
becoming increasingly more difficult to get our messages across when
getting hit by the cops all the time. POLICE BRUTALITY IN OUR PROTESTS MUST
STOP! POLICE BRUTALITY IN OUR DAILY LIFE MUST STOP! SOLIDARITY WITH ALL THE VICTIMS OF THE REPRESSIVE POLICE MACHINE!

AttachmentSize
7_mai.pdf2.79 MB

VOUS AVEZ ÉTÉ DÉTENU-E, BRUTALISÉ-E, ENCERCLÉ-E ET/OU ARRÊTÉ-E LORS DE LA MANIFESTATION DU 15 MARS 2014 ?

VOUS AVEZ ÉTÉ DÉTENU-E, BRUTALISÉ-E, ENCERCLÉ-E ET/OU ARRÊTÉ-E LORS DE LA MANIFESTATION DU 15 MARS 2014 ?

(SVP faire circuler massivement dans vos réseaux)

( English below )

Le COBP est présentement à la recherche de personnes qui ont étés victimes de l'offensive policière lors de la manifestation du 15 mars 2014. Nous souhaitons coordonner la contestation des contraventions, intenter d’autres recours contre les abus du SPVM ainsi que placer des plaintes en déontologie policière.

VOUS AVEZ ÉTÉ ARRÊTÉ-E LORS DE LA MANIFESTATION DU 15 MARS 2014?

FAITES-NOUS SIGNE !

Si vous êtes de celles et ceux qui se sont fait arrêter, que ce soit en vertu d’accusations criminelles, d'un règlement municipal ou encore d'un règlement en vertu du code de la sécurité routière, faites-nous le savoir.
Nous souhaitons planifier une rencontre avec toutes les personnes arrêtéEs afin d'organiser ensemble la défense collective. Nous appuierons aussi le travail de l'avocate en charge des accuséEs au criminel.
Nous avons besoin de vos coordonnées (nom, prénom, numéro de cell ou téléphone, courriel, date de naissance, numéro de dossier, infraction et lieu de l’arrestation).

CONTESTEZ VOS TICKETS !

Vous avez 30 jours après que vous avez reçu le ticket pour le faire, (voire l'endos du ticket). Cochez la case non-coupable et n'inscrivez rien au plaidoyer (c'est de l'information facultative qui ne servira pas votre cause).
Avisez la Cour Municipale de tout changement d'adresse. Communiquez avec le COBP de tout changement de vos coordonnés.

SI VOUS AVEZ ÉTÉ VICTIME OU TÉMOIN DE BRUTALITÉ POLICIÈRE

Veuillez nous envoyer un compte-rendu détaillé de l'événement (en indiquant le lieu (intersection), l'heure, les témoin(s) présent(s), le type de policiers (SPVM , en civil, anti-émeute, etc.). Garder toujours une copie pour vous.

S'IMPLIQUER POUR LA DÉFENSE DE LA LIBERTÉ D'EXPRESSION

L'offensive policière qui a été menée contre la journée internationale contre la brutalité policière constitue une grave menace à la liberté d'expression et au droit de manifester et il est impératif de se battre pour que cette intervention ne crée pas un dangereux précédent. Or, le COBP ne peut parvenir à mener une lutte efficace sans la participation active des arrêtéEs et des témoins de l’événement. Si vous souhaitez vous impliquer dans la défense, contactez nous.

VOUS AVEZ DES PREUVES PHOTOS OU VIDÉOS ?

IMPORTANT SI VOUS AVEZ TÉMOINS D'ABUS POLICIER, DE BRUTALITÉ POLICIÈRE, SI VOUS POSSÉDEZ DES PHOTOS ET/OU DES VIDÉOS D'ARRESTATIONS DE PERSONNES DE TABASSAGE ET AUTRES CRIMES DES POLICIERS! SVP NE PAS LES PUBLIER SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX (CELA CONSTITUE UNE PREUVE POUR LA DÉFENSE DE L'ARRÊTÉ-E). SVP NOUS LES FAIRE PARVENIR A COBP@RISEUP.NET

********************************************************
WERE YOU DETAINED, BRUTALIZED, KETTLED OR ARRESTED DURING THE DEMONSTRATION ON MARCH 15 2014?
(Please distribute widely in your networks)
The COBP is currently looking for people who were victims of the police attack during the demonstration on March 15th, 2014. We are hoping to organize a contestation of the tickets, to launch other recourses against the abuses of the Montreal police and to file a complaint at the police ethics commission.
WERE YOU ARRESTED AT THE PROTEST ON MARCH 15TH, 2014 ?
CONTACT US!
If you were amongst the people who were arrested, be it for criminal charges or for a ticket, let us know. We want to organize a meeting with all of the people who were arrested in order to challenge the tickets and charges collectively. We also want to support the work of the lawyer of those charged with criminal offences. We need your contact info (name, address, phone number, email, date of birth, event number, type of infraction, place where you were arrested).

CHALLENGE YOUR TICKETS!
You have 30 days after you receive the ticket to do this. Check the not guilty (« non-coupable ») case behind the ticket and don't write anything in the « plaidoyer » (plea) section -it is optional information that will not help your case. Let the Municipal Court know of any change of address, and also let the COBP know of any change in your contact info.
IF YOU WERE A VICTIM OR A WITNESS OF POLICE BRUTALITY
Please send us a detailed report of the event (indicating the location (street corner), the time, the witnesses, the type of cops (SPVM, undercover, anti-riot, etc.).
GET INVOLVED IN DEFENSE OF THE FREEDOM OF SPEACH
The police assault that took place at the international day against police brutality is a serious threat to the freedom of speech and the right to protest. It is necessary to fight this intervention so that it doesn't create a dangerous norm. But, the COBP can't lead this struggle without the active participation of the people arrested and the witnesses of the event. If you wish to get involved in the defence, let us know.
HAVE YOU GOT PHOTOS OR VIDEOS EVIDENCES?
IMPORTANT! IF YOU HAVE WITNESS OF POLICE BRUTALITY OR POLICE ABUSES, IF YOU HAVE PICTURES AND/OR VIDEOS OF ARRESTATIONS OF PEOPLE GETTING HURT BY THE COPS. PLEASE DONT PUBLISH IT ON SOCIAL MEDIAS. PLEAS SEND THESE PROOVES TO US COBP@RISEUP.NET

15 mars 2014 : Le COBP dénonce l’État policier paramilitaire et la répression politique / March 15 2014: The COBP denounces the paramilitary police state and its political repression

C’est sans grande surprise mais avec énormément de rage et d’indignation que le COBP dénonce l’arrestation de masse qui a mis fin à la 18e manifestation contre la brutalité policière quelques minutes à peine après son départ. Le SPVM, aidé de la SQ, a en fait encerclé la manifestation avant même qu’elle ne se mette en branle. D’après nos informations préliminaires, ce sont environ 250 personnes qui ont été encerclées en vertu de l’article 2.1 du règlement municipal P-6 qui interdit toute manifestation dont l’itinéraire n’a pas été remis à la police avant son départ. (Faut-il rappeler que la constitutionnalité du règlement municipal P-6 est présentement contestée en cour?) Plusieurs arrestations ciblées ont aussi eu lieu, dont plusieurs ont été effectuées très brutalement. Un manifestant aurait été envoyé à l’hôpital après que son crâne eut été fracassé par des coups de matraque.

Le SPVM a battu des records d’intolérance en déclarant la manif illégale 2 jours avant le 15 mars, sous prétexte que l’itinéraire n’avait pas été remis. Des policiers en civil, disant travailler pour le SPVM, ont aussi rendu visite à plusieurs militantEs en les intimidant pour les décourager de participer à la manif du 15 mars 2014. C’est une véritable armée de policiers à pieds, à cheval, en vélo, en auto et en hélicoptère qui ont occupé les alentours du métro Jean-Talon au moment où la manif devait commencer.

Après un bref mais énergique discours des organisateurs et organisatrices, qui a été interrompu par un policier qui a dit des mots incompréhensibles dans un haut-parleur, la foule a tenté de se diriger vers l’Ouest sur la rue Jean-Talon. Mais une ligne de policiers anti-émeute s’est immédiatement déployée, leur bloquant la route. Les gens ont donc fait demi-tour et pris la rue Châteaubriand vers le Sud, la seule voie qui n’était pas bloquée par les agents du SPVM. C’est sur la rue Châteaubriand, entre Jean-Talon et Bélanger, que la plupart des gens ont été encerclés alors que le SPVM ne leur a laissé aucune chance de se disperser, contrairement à ce qu’ils affirmaient dans leurs « consignes aux manifestants » publiés le 12 mars sur leur site web.

Plusieurs autres arrestations plus ou moins ciblées ont ensuite eu lieu à plusieurs coins de rue autour de l’encerclement, la Brigade Urbaine du SPVM poursuivant, provoquant et arrêtant brutalement plusieurs personnes pour des motifs bidons comme « entraver la circulation sur le trottoir » ou « émettre un bruit audible à l’extérieur ».

Le COBP dénonce le fait que le SPVM a encore une fois démontré qu’il est incapable de tolérer les manifestations contre sa brutalité et l’impunité policière, alors que plusieurs manifestations dont l’itinéraire n’avait pas été dévoilé ont été tolérées en 2013, sans compter les innombrables manifs « illégales » de 2012. La démonstration répressive de cet après-midi démontre aussi que peu importe que le gouvernement soit péquiste, libéral ou autre, c’est toujours la police qui décide qui a le droit de manifester et quand, comme dans un véritable État policier.

Le COBP invite toutes les personnes arrêtées à contester leurs contraventions et à nous contacter afin d’organiser une défense collective et des recours.

CONTINUONS LE COMBAT!

_______

March 15 2014: The COBP denounces the paramilitary police state and
its political repression

It is without surprise but rather an enormous amount of rage and
indignation that the Collective Opposed to Police Brutality (COBP/Mtl)
denounces the mass arrest that ended the 18th annual demonstration
against police brutality mere moments before it began. The montreal
police (SPVM), with the help of the quebec police (SQ) encircled the
demonstration before it even really begun. According to our initial
information, about 250 people were arrested using article 2.1 of the
municipal bylaw P-6 that prohibits all protests where the route is not
given to the police ahead of time. (Must we remind them that the
constitutionality of bylaw P-6 is currently being contested in court?)
Many targeted arrests happened, many of which were carried out quite
brutally. One demonstrator was sent to the hospital after his head was
smashed by police nightsticks.

The SPVM countered their reputation of intolerance by declaring the
demonstration illegal 2 days before March 15th under the pretext that
the route had not been submitted ahead of time. Undercover police
working for the SPVM also visited many activists in the days prior,
intimidating them and discouraging from participating in the 2014
March 15th demo. As demonstrated arrived at the gathering point of
Jean-Talon metro they were greeted by a veritable army of police on
foot, on horses, on bicycles, in cars and in helicopters.

After a brief but energetic speech by the organizers, which was
interrupted by a cop who shouted incomprehensibly, the crowd tried to
go west on Jean-Talon road. A line of riot cops was deployed
immediately, blocking their route. The people turned right around and
took Châteaubriand road towards the south - the only direction that
was not blocked by SPVM. On Châteaubriand, between Jean-Talon and
Bélanger, the majority of people were arrested when the SPVM did not
give them a chance to disperse, contradicting their own "instructions
to demonstrators," published on March 12th on their website.

Many other arrests were more or less targeted and took place several
blocks away from the kettle. The SPVM's "Urban Brigade" pursued,
provoked and brutally arrested several people for banal reasons such
as "impeding sidewalk traffic" and "emitting an audible noise outdoors."

The COBP denounces the fact that the SPVM has proven once again that
it is incapable of tolerating demonstrations against its own brutality
and police impunity. Many demonstrations that did not reveal their
route to police were tolerated in 2013, without counting the
innumerable "illegal" demonstrations in 2012. The repressive
demonstration on the afternoon of March 15th demonstrates again that
no matter what government is in power, liberal or otherwise, it's
always the police who decide who has the right to demonstrate and
when, just like in a veritable police state.

The COBP invites all arrested persons to contest their tickets and
charges, and to contact us in order to organize a collective defence
and seeking of recourse.

lieu: centre Phi (407 rue saint-pierre montréal)

De plus en plus de vidéastes, de documentaristes et d’artistes produisent en marge des structures régulières de l’industrie.

Curieux et indignés, ils braquent leurs caméras sur des réalités nouvelles. Véritables défricheurs issus de la culture numérique, ils questionnent, avec peu de moyens mais beaucoup de créativité, autant la...

Montréal, le 21 mars 2014 – Après la publication de la lettre signée par 120 intellectuel-le-s, c’est au tour des organisations syndicales, étudiantes, communautaires, féministes et de défense des droits de dénoncer la dérive policière du 15 mars dernier. La Ligue des droits et libertés (LDL), appuyée par 55 autres organisations, demande aux élu-e-s municipaux d’intervenir pour que de telles...

NOTE: Ceux et celles qui voudront être présentEs à la prononciation de la décision du juge, cela se déroulera à 14.30 à la salle 1.40 de la Cour Municipale de Montréal. C'est publique et on encourage votre présence.

Droit de manifester contre droit de circuler en char au Québec: le juge Stark sera le premier à trancher

Le 22 avril 2014, le juge Richard Stark de la Cour...

Salut,

Je suis le gars qui s'est fait ouvrir l'arcade sourcilière par la police à la manif du COBP. Si vous avez été témoin de l'événement, que vous des photos ou des vidéos relatant l'événement, veuillez s'il vous plait me les faire parvenir et au Collectif Opposé à la Brutalité Policière (cobp@riseup.net), ainsi que votre déclaration détaillée de...

Pour la 18e année consécutive, le Collectif Opposé à la Brutalité Policière (COBP) appelle toutes les personnes concernées à se joindre à nous pour manifester à l'occasion de la Journée Internationale Contre la Brutalité Policière le 15 mars prochain.(1) Cette année, le rendez-vous sera à 15h au coin des rues Jean-Talon et Châteaubriand, à l'endroit où l'agent Gauthier du Service de police de...

Comme à chaque année, le SPVM envoie une lettre au COBP par rapport à la manifestation du 15 mars.

Cette année on a eu l'idée de rigoler un peu avec eux et de leur répondre.

Voila ce que ca donne!

CANADA - Hamilton, Ontario
March 15, 2014 at 7:00pm at McNab Street Transit Terminal : 1st annual confrontational demo!
March 15th marks the International Day Against Police Brutality (IDAPB). In the spirit of this day, we are calling for the first annual demo on the streets of downtown Hamilton – in solidarity with struggles against the police globally, and as a manifestation of...

Suite à une plainte déposée par une des personnes arrêtées lors de la
manif du 15 mars 2011, le Commissaire à la déontologie policière a cité un
commandant du SPVM pour avoir ordonné illégalement la prise de photo des
personnes arrêtées en vertu de l'article 500.1 du Code de la Sécurité
Routière. Plus précisément, le commandant Dominique Verret est cité devant
le...

18e Journée Internationale Contre la Brutalité Policière: Réagissons à la militarisation!

Cette année marque la 18e édition de la Journée Internationale Contre la Brutalité Policière (JICBP). Mais ça ne signifie pas que la brutalité n’existe que depuis 18 ans. Depuis que le premier corps policier a vu le jour, la brutalité, les abus, les injustices, le profilage (tout ce qui nous enrage...

Syndicate content