« Plus qu’ils coupent, plus qu’ils mettent de flics »

« Plus qu’ils coupent, plus qu’ils mettent de flics » ; un slogan bien connu des manifestations des dernières années. À l’aube de 2015, cette simple phrase prend tout son sens. Alors que des groupes de toute sorte se mobilisent pour lutter contre les mesures d’austérité imposées depuis les dernières années à tous les services publics, il en est un qui, au contraire, prend de l’ampleur.

Entre 2004 et 2013, le budget annuel du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a augmenté de plus de 241 millions (document budgétaire 2004, 2013 SPVM). De 2004 à 2013, c’est 634 policiers de plus sur le territoire montréalais qui étaient autorisés (rapports annuels 2004, 2013 SPVM).

Le SPVM se dote en plus de deux canons à son pouvant projeter jusqu’à 143 décibels pour un montant respectivement de 6000 et de 12 000 $. Et c’est sans parler de Thunder 1, le camion blindé de 364 606 $ dont le SPVM a récemment fait l’acquisition. Quel sera le jouet de 2015 ? Les paris sont ouverts !

À l’aide des investissements monétaires et de divers règlements (code de la route, municipal, etc.), l’interdiction de manifester s’est petit à petit insérée dans le discours commun au point d’en être banalisée.

Mais que dénoncent les groupes qui se mobilisent ? Comme ce fut le cas lors des dernières grosses manifestations au Québec, elles dénoncent l’austérité et le pouvoir arbitraire des forces de l’ordre. On mobilise un nombre disproportionné de policiers pendant des heures pour des arrestations de masse. Ces dernières congestionnent le système judiciaire pour, au final, tomber faute de preuve. On crée des escouades comme GAMMA, qui est tellement orientée politiquement qu’elle se trouve poursuivie pour inconstitutionnalité.

Alors que l’ensemble des services sociaux, des groupes communautaires et de la fonction publique se font couper leurs moyens de survie au nom de l’austérité, l’État choisit d’investir dans la répression envers ceux-là mêmes qui subissent les compressions.

Plus que jamais, les gens qui contestent le régime en amont des mesures d’austérité se font museler par tous les moyens possibles.

Ces interventions détournent les groupes de leur cause. À force de devoir se battre pour manifester, les groupes s’épuisent. Alors que tout leur temps était déjà mobilisé à trouver un financement en voie d’extinction, la contrainte de l’expression politique faite par les forces de l’ordre tente de les rendre invisibles. La répression politique a donc un coût double ; elle ralentit la vie politique et elle utilise des fonds publics pour créer des moyens de restriction de toute sorte.

Quand la ville sera silencieuse, ils auront réussi, à coup de millions, à faire taire la dissidence.

Ceux qui seront réprimés au printemps 2015 seront des gens qui considèrent l’austérité comme le choix d’une élite politique en synergie avec une élite économique. Ces personnes qui conçoivent la société comme l’espace dans lequel les projets et les débats peuvent nourrir la vie collective se verront confrontées à un discours unilatéral prônant des mesures de sécurité et d’économie néolibérale.

Pourtant, ce que les gens disent sur toutes les tribunes possibles est fort simple et tout à fait légal : « L’austérité est un choix que nous ne faisons pas. »
Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.

Categories

Corp policier (SPVM, SQ, GRC, agent de la STM, etc): 

Ville où l'événement s'est produit: 

Dossiers: 

Type de document: